Le Malade imaginaire de Molière

Mise en scène Alain Knapp, une production de la Compagnie Opale.

La distribution


Vous trouverez ci-après le CV des comédiens simplement en cliquant sur leur nom. Tous ont un lien fort avec le Valais (origine, famille, résidence, etc.), mis à part Michel Demierre qui nous fait le plaisir de rejoindre la compagnie pour cette belle aventure théâtrale.

Mise en scène : Alain Knapp/ Scénographie : Perrine Leclere/ Costumes : Marie-Frédérique Fillion/ Lumières : José-Manuel Ruiz/ Jeu- Argan, malade imaginaire: Pierre-Isaïe Duc/ Béline, seconde femme d’Argan: Anne Salamin/ Angélique, fille d’Argan & amante de Cléante: Erika von Rosen/ Béralde, frère d’Argan: Frédéric Lugon/ Cléante, amant d’Angélique: Jean-François Michelet/ Monsieur Diafoirus, médecin: Jean-Luc Farquet/ Thomas Diafoirus & Monsieur Fleurant, apothicaire: Frédéric Perrier/ Monsieur Purgon, médecin d’Argan: Etienne Arlettaz/ Monsieur Bonnefoi, notaire: Michel Demierre/ Toinette, servante: Rita Gay/ Louison, fille d’Argan: Laetitia Rodrigues (juillet) et Morgane Melly (août)/ Accordéon: Aline Roy

Un commentaire»

  Jérôme Melly wrote @

Lendemain de dernière !!!

J’en suis encore tout retourné. Alors j’imagine comment vous devez l’être vous-mêmes. Vous les acteurs qui avez si bien su, grâce à la précision, à la pertinence et à la vision panoramique du “maître” M. Knapp, rendre à Molière ce qui lui appartient.
Jouer Molière ne doit pas être chose aisée, et lui rendre sa justesse encore moins. Cependant, vous avez réussi un tour de force dont il se revendiquerait sans doute lui-même.

Mais cela reste del’ordre dela supposition. Quant à moi, et ce n’est plus de la supposition, je pense que vous avez su rendre toute la dimension de son comique et de son génie universel. Trois de vos représentations m’ont plus appris sur le texte du “Malade” qu’un semestre entier à l’université ! Non pas que le séminaire en question fut mauvais, mais vous avez fait un travail tellement plus proche de l’esprit de Molière. Et tellement drôle ! J’en suis de plus en plus convaincu, sa vocation première est de faire rire par le truchement de ses personnages tous tellement attachants.

“Castigat ridendo moris”, et que la fête continue…


Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s

%d bloggers like this: