Le Malade imaginaire de Molière

Mise en scène Alain Knapp, une production de la Compagnie Opale.

Ma rencontre avec Alain Knapp

L'impro chantée

Angélique (Erika von Rosen) & Cléante (J.-F. Michelet)

J’ai rencontré Alain Knapp, ou plutôt son travail artistique à Paris au Théâtre de la Tempête avant même de penser un jour devenir comédienne. Il s’agissait de La Demande d’emploi de Michel Vinaver. Ce spectacle m’a marqué à jamais et je pense m’en être même inspirée pour la mise en scène de Sallinger de Bernard-Marie Koltès.

En effet, la plupart des scènes se passaient dans des bureaux et l’originalité de la scénographie permettait des changements de décors rapides et dynamiques. L’utilisation de ces modules sur roulettes accompagnée d’une création sonore particulière est restée à jamais gravée dans ma mémoire.

Bien sûr, le travail d’Alain Knapp m’a été tout d’abord donné à l’ENSATT durant ma deuxième année d’étude. Nous y avons décortiqué de nombreuses scènes classiques sous sa direction, de Molière à Brecht en passant par Claudel. Ce fut de très forts moments qui m’ont permis d’acquérir des notions de dramaturgie nécessaire à tout jeune comédien.

Quand Alain a accepté de travailler avec la Compagnie Opale sur Les Femmes savantes, j’étais aux anges. Mettre en pratique ce que j’avais appris durant trois ans mettait donné avec mon ancien professeur, mais la tâche fut très difficile. Je voulais trop bien faire ! Et Henriette ne fut trouvée que les tous derniers jours de répétitions.

Angélique (Erika von Rosen) & Cléante (J-F. Michelet)

Angélique (Erika von Rosen) & Cléante (J-F. Michelet)

Pour Le Malade imaginaire, j’ai repris le travail après un Master à la Sorbonne à Paris et du coup une plus grande distance vis-à-vis de l’artistique. Je suis donc arrivée dans une toute autre disposition et ça m’a réussi. J’ai apprécié chaque moment sur le plateau en répétitions et le plaisir est très grand sur scène.

Il s’agira certainement de ma dernière interprétation d’adolescente vu mon âge. Je rêve maintenant d’être dirigée sous la direction d’Alain Knapp dans le rôle d’une jeune femme ou femme plus mûre.

Erika von Rosen

No comments yet»

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s

%d bloggers like this: