Le Malade imaginaire de Molière

Mise en scène Alain Knapp, une production de la Compagnie Opale.

Mon regard sur la démarche de création avec Alain Knapp

Venant plutôt du monde du nouveau cirque cette création fut l’occasion pour moi de me “frotter” un peu plus au milieu des comédiens. J’ai rarement eu l’occasion de participer à des créations où le point de départ est le texte, étant plutôt un artisan du mouvement (danse,cirque,création pluridisciplinaire).

Valet

Valet

Dans ce type de création théâtrale, le rapport au metteur en scène est fondamental, car c’est lui qui propose une lecture et une interprétation du texte et qui la transmet aux acteurs, donnant ainsi à la pièce une cohérence et un relief particulier. A partir de là l’acteur propose, la partie de ping-pong s’engage et le metteur en scène dispose. La création consiste dès lors souvent plus en une explication de texte qu’un chantier de recherche sur le sens ou le mouvement.
Alain Knapp nous a transmis durant cette création une vision authentique de la pièce, en revenant sans cesse au texte et sans se soucier des interprétations qu’on a pu en faire durant les deux siècles passés. Il nous a également transmis une vision de l’art de l’acteur et de la mise en scène. Je trouve son approche du jeu théâtral sensible et humaniste, dans ce sens qu’elle repose sur les ressources concrètes de l’acteur, même s’il semble parfois transmettre ces attentes d’une manière un peu autoritaire. Alain Knapp sait ce qu’il veut faire entendre sur le plateau et donne une direction claire au navire.
Concernant les intermèdes visuels, Alain Knapp m’a laissé une grande liberté à partir du moment où je lui ai fait des propositions concrètes. Il m’a en revanche bien aiguillé dans mon interprétation de Monsieur Purgon, ce qui m’a beaucoup aidé.

Monsieur Purgon

Monsieur Purgon

Je suis enchanté de cette expérience qui m’a donné l’occasion de cottoyer un grand Monsieur du Théâtre soucieux de transmettre un peu de son savoir.

Etienne Arlettaz

Un commentaire»

  Jérôme Melly wrote @

Mon cher Etienne, tu n’imagines même pas le bonheur que tu nous a donné, tant dans les parties chorégraphiées que celle jouées. Amitiés, Jérôme


Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s

%d bloggers like this: